Ouverture de la route de Montdenis : 9 août 1964

Voici un article du bulletin Municipal de Saint Julien Montdenis "Lo marshyan' grône"

Auteur de l'article : Bernadette Buffaz

'Cliquez sur l'image pour avoir l'article en grand format'

'Cliquez sur l'image pour avoir l'article en grand format'

Version Texte :

De St Julien à Montdenis : du chemin à la route Le chemin De tout temps la population de Montdenis a eu des liens très étroits avec Saint-Julien-de-Maurienne. De nombreuses familles de Montdenis venaient cultiver leurs vignes et avaient une petite résidence secondaire au Costerg à Saint-Julien-de-Maurienne. Pour leurs allers et venues les habitants de Montdenis préfèrent le chemin piétonnier des « Roches », plus rapide mais aussi plus pentu, à celui du bas, l’actuel itinéraire de montée du « chemin des ardoisiers ». Mais s’ils doivent monter ou descendre avec un animal, ils utilisent le chemin muletier numéro 79 qui part du Pont d’Arc, monte au quartier SaintPierre et bifurque vers la gauche. (voir le plan). Après l’ouverture de la gare en 1906 et la construction de la « route de la gare », le conseil municipal de SaintJulien-de-Maurienne demande la modification du classement des chemins n°1 et n°79. La délibération du conseil municipal du 26 août 1907 nous précise ce projet : « Par suite de l’ouverture de la gare de SaintJulien-Montricher le trafic qui se faisait autrefois sur le chemin d’intérêt commun n°79 est presque entièrement reporté sur le chemin n°1. Dans ces conditions il conviendrait d’intervertir le classement de ces deux chemins. Le chemin d’intérêt commun n°79 au lieu d’aller du Pont d’Arc à Montdenis irait de la gare à Montdenis. Et le chemin vicinal n° 1 irait du Pont d’Arc au four à chaux. ». Le conseil municipal de Saint-Julien-de-Maurienne adopte ce projet le 12 janvier 1908 et celui de Montdenis fait de même le 19 janvier 1908.

Inauguration de la route : de gauche à droite M. Chinal-Donat conseiller général de Saint-Michelde-Maurienne, M Coutaz Gustave maire de Montdenis, M Roannet sous-préfet de Saint-Jean-de-Maurienne et M Girard député de Savoie

La route Le journal « La Maurienne » du 25 avril 1906, relate l’espoir fondé par les habitants de Montdenis auprès de M. Piot en visite électorale : M. Piot « fera certainement toutes les démarches nécessaires pour obtenir la route depuis longtemps promise. » En 1921, le conseil municipal renouvelle une demande de désenclavement de la commune. Un projet est établi et déclaré d’utilité publique le 5 juin 1930. Mais il faudra attendre car le désenclavement de Montdenis pose problème. En 1951 il faut choisir parmi trois tracés : le tracé actuel avec quelques modifications, celui côté Tourmentier pour accéder aux forêts communales demandé par les services des Eaux et Forêts et celui qui partirait d’Hermillon pour desservir Montandré demandé par la commune d’Hermillon. En 1951, a lieu l’adjudication du 1 er



tronçon et les travaux débutent au printemps 1952. L’entrepreneur de la 1 ère tranche de travaux a des difficultés financières. L’entreprise Ratel poursuit les travaux et effectue les lots suivant : le lot 2 (adjudication en 1955), le 3 (adjudication en 1958), le lot 4 (adjudication en 1959). La route arrive au « Crêt des bornes » en 1961. Le 4 octobre 1961, le conseil municipal approuve le projet de construction du 5 ème et dernier lot et demande sa réalisation par l’entreprise Ratel. Il faut signaler que dès la fin de la réalisation du 4 ème



tronçon, il a été possible de rejoindre le village de l’Eglise en voiture par l’ancien chemin muletier. Le 8 décembre 1963, le conseil demande le classement du chemin vicinal ordinaire de désenclavement en route départementale. Par délibération du 27 septembre 1961 le conseil municipal de Montdenis a décidé la construction d’un chemin de désenclavement entre le chef-lieu et le hameau des « Villes » (40 habitants) ainsi qu’une bretelle pour desservir le haut du village de « l’Eglise » (35 habitants). Mais en 1965, le conseil municipal de Saint-Julien-Montdenis doit encore approuver ce projet et en fixer les modalités de financement. Le 9 novembre 1965, adjudication de la route des « Villes », le tracé est effectué dès le printemps 1966. Après discussion en commission avec le conseil municipal de Saint-Julien-de-Maurienne, le 22 septembre 1963, le conseil municipal de Montdenis donne un accord de principe favorable à l’ouverture de la route pastorale Montdenis-Tourmentier et le 3 novembre approuve le projet. L’adjudication des travaux n’a lieu que le 27-11-1965 et les travaux sont exécutés en 1966. L’inauguration de la route départementale 79 : la route est inaugurée le 9 août 1964 en présence de nombreuses personnalités de la vallée. M Rouanet, sous-préfet de Saint-Jean-de-Maurienne dit « Inaugurer la route qui désenclave le dernier cheflieu de France, est un geste de portée historique». L’écho ardoisier de Saint-Julien-de-Maurienne est venu apporter son concours pour animer cette manifestation. L’après-midi se déroule dans une ambiance de kermesse, montrant combien les habitants apprécient cette réalisation.

Si vous disposez d'informations, de photographies contactez-nous : Formulaire de contact